La Tour des Lys

Petites errances rôlistiques ou bien réelles
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Au pays de Camboulas.

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Fortuna

avatar

Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Au pays de Camboulas.   Mar 9 Oct - 20:46

Nous voici donc, comme auparavant, en l'an de grâce 1466, dans le doux Royaume de France ; sur lequel règne, d'une main de fer, le Roi Louis le Onzième.

Penchons nous un peu sur le passé. Voilà 49 ans que s'est achevé le Grand Schisme d'Occident, rapportant définitivement la papauté à Rome, et abrogeant les papautés d'Avignon et de Pise ; mais allez savoir s'il n'existerait pas quelques survivances de ces trônes pontificaux, quelque part, réfugiés dans les forêts ou sur les landes, au sein de chapelles oubliées de tous…

Voici 35 ans que Jeanne, dite la Pucelle d'Orléans, a été offerte en holocauste par des païens qui se voulaient les défenseurs du Christ et de la Sainte Eglise ; bien mal leur en prendra.

Il y a seulement 13 ans, a eu lieu la bataille de Castillon, menée par les plus grands capitaines de France, dont certains avaient été des fidèles de Jeanne, et qui a mis un point final à la terrible Guerre de Cent Ans ; aujourd'hui l'Anglois est définitivement bouté hors de France, à l'exception du port de Calais en Artois qui reste acquis à la perfide Albion.

Voici seulement 5 ans que le très médiocre Charles VII, injustement nommé le Victorieux ; celui là-même que Jeanne mena au Sacre de Reims, et qui l'abandonna par la suite ; a rendu son âme à Dieu, ou au diable, allez savoir ; et que son ténébreux fils Louis XI lui a succédé, entreprenant aussitôt de centraliser le Royaume de France, et de mettre à bas le régime féodal, source selon lui de tous les troubles du siècle.

Ha oui.
Et voilà très exactement 195 ans, que le Comté de Rouergue est rattaché au Domaine Royal.

Cela ne manquera sans doute pas d'en étonner certains.


Quoiqu'il en soit… bienvenue au Verger du Roi Louis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erich
Admin
avatar

Nombre de messages : 708
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Jeu 11 Oct - 23:39

Erich s'éveilla brusquement en cette matinée déjà bien avancée, ce qui n'était guère dans ses habitudes, lui toujours si matinal. Il avait eu un sommeil étrange, agité, mais surtout, peuplé de rêves aberrants et qui lui parurent avoir été très longs. Un peu comme s'il eût revécu en une nuit, sa vie entière.

Le plus étrange, le plus déplaisant surtout, est que tout cela s'était déroulé dans un monde fort semblable à la réalité ; mais avec de petites altérations sournoises, qui conféraient à l'ensemble une atmosphère plus que malsaine.
Par exemple, le Roi Louis, était remplacé par une Reine, ou plusieurs ? Il voyait en effet plusieurs visages, et plusieurs noms résonnaient en sa mémoire floue. En tous cas cette Reine se trouvait être une personne hautement lubrique, et plus manipulatrice encore que ne pouvait l'être le fils de Charles VII.
Et puis… bizarrement le destin du Royaume, semblait se tisser depuis Paris, depuis le Louvre ; alors que chacun savait que Paris avait été désertée par les Rois depuis sa prise par l'Angloys, et que la Royauté se trouvait fort bien aise à s'exercer depuis les rives de la Loire, en Touraine ou en Orléanais.

La Sainte Eglise avait tourné à la mascarade totale ; déjà qu'Erich était tant soit peu en butte contre cette institution, mais là… le Thomisme poussé à son paroxysme, semblait avoir définitivement déifié Aristote, reléguant le Christ et sa très Sainte Mère au rang de figurants ; quant à cette liturgie bâclée, en langue vernaculaire… se pourrait-il que son rêve fut prémonitoire, et qu'on soit un jour confronté à tant de vacuité spirituelle ?

Le Siècle n'allait guère mieux ; il avait des images de rustres sans instruction se dressant sans vergogne contre les institutions, et que la justice ne parvenait pas même à faire monter sur l'échafaud ; l'aristocratie elle-même, semblait se jouer aux dés, ou au suffrage universel, ce qui pour ainsi dire revenait exactement au même. Et dans les assemblées de la noblesse, on croisait davantage de mégères et de bégueules, que de patriciens instruits et férus de valeurs chevaleresques.

Il inspira fortement ; se servit un grand verre d'eau ; et puis une image de plus lui revint ; il se voyait lui-même, séduisant d'innocentes jeunes femmes, pour leur tordre le cou, et au final les faire disparaître, avec l'aide de sa domestique Mosca ; ces visions l'achevèrent. Effaré il retomba assis sur son lit, renversant dans son mouvement brusque le contenu de son verre.


Gott im Himmel ! Was ist denn mit mir los ?*

*Dieu du ciel ! Que m'arrive-t-il donc ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alte-warte.positifforum.com
La Mosca

avatar

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 01/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Dim 14 Oct - 14:15

Bien, moi, vous me connaissez ; ou plutôt vous pensez me connaître. Alors, comme il y a eu comme un glissement de terrain, on va remettre les pendules à l'heure ! (Si si, au XVème siècle les pendules ça commence à exister, tout doucement.)

Alors ; voilà, je suis née en Quercy, à l'autre bout du monde ; au moins 4 à 5 jours de marche pour rejoindre Espalion, vous voyez le truc…

Et oui, je suis au service du "Vieux" (il a quoi ? 35 ans ? Ben croyez-moi, la meilleure partie de sa vie est déjà derrière lui !) ; depuis, Wololo ! 3 ou 4 ans ? Quelque chose comme ça, oui ; j'ai cessé de compter de longue date, ça me cassait le moral.

"ON" raconte, que je serais une de ses erreurs de jeunesse ; qu'il m'aurait conçue lors d'un voyage dans le Sud de la France, il y a environ 18 ans ; et que c'est pour ça qu'il m'a prise à son service, et qu'il me passe tout, caprices, sarcasmes, mauvaise humeur et mauvaise volonté ; mouais.

Apparemment ça reste à prouver qu'il aurait séjourné dans les pays de langue occitane à cette époque, en tous cas lui, il a toujours fermement nié les faits ; qu'importe.
Le fait est, que je ne connais pas mon père, et que ma mère n'a jamais tenu à m'en parler. Bon, moi je soupçonne un moine de l'abbaye de Moissac, d'être venu faire ses dévotions dans le lit de Maman ; mais chut, ça se dit pas ces choses là !

En tous cas, je vais vous dire un truc ; vous écoutez bien, parce que je vous le r'dirai pas deux fois, hein !
Le Vieux, je l'aime bien ; il râle mais il sévit jamais ; pas emmerdant, avec lui j'ai toute la liberté de faire à peu près ce que je veux, il m'a jamais sanctionnée parce que le ménage était pas fait depuis un mois, ou parce que j'avais laissé brûler la bouffe ou oublié de la saler, ou balancé toute la dose de sel pour un mois en une seule fois dans le chaudron…

Franchement, si il avait voulu, il m'aurait collée à la lourde après quelques jours ; mais non ; une petite gueulante, et puis le lendemain c'est oublié ; la vérité, des fois je regrette presque que les rumeurs sur sa paternité soient pas fondées. Un père comme lui, ça aurait été trop bien.

Mais ça, je lui dirai jamais.

En attendant, ce matin, aussi bizarre que ça puisse paraître, j'étais levée avant lui. Enfin non, c'est pas vrai : c'est lui qui s'est réveillé bien après moi ; alors, pour une fois que je peux le houspiller un peu…

Cheeeeeef !!!
Debout là-dedans ; le déjeuner est prêt, il va pas vous attendre jusqu'à la Toussaint !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erich
Admin
avatar

Nombre de messages : 708
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Mar 16 Oct - 21:58

Erich descendit lentement l'escalier de sa chambre vers la cuisine, les jambes encore un peu molles ; il se dépêcha de s'asseoir sur le banc rustique, et regarda autour de lui : ici au moins rien n'avait changé, c'était plutôt bon signe ; tout le décor se retrouvait identique à son souvenir… et à son rêve aussi ; Brrrr, quelle affaire !

Il saisit le pain, en tailla une belle tranche sur laquelle il étala du fromage frais aux herbes ; ce faisant il lui revint un aspect dérangeant de ses visions.

Il s'était vu en ce songe, vivre dans un monde aux structures démocratiques ; certes, il avait étudié les auteurs classiques, et lu l'histoire des civilisations anciennes, Athènes, Rome… Jusqu'alors, la démocratie lui était apparue comme le régime égalitaire idéal, permettant à tout un chacun de s'exprimer, et d'avoir ses chances, à condition de compétence et de bonne volonté, d'accéder au pouvoir. Pouvoir exercé dans le sens du bien commun, et non pour un intérêt privé. Et pourtant…

En cette longue nuit agitée qu'il venait de traverser, le système démocratique lui était apparu comme le ferment du chaos et de la guerre civile, la source de rivalités et de rancoeurs indicibles ; l'élite censée guider le peuple, était balayée par les mesquins intérêts des arrivistes et des égocentriques. Se pouvait-il que si noble idéal fut à ce point contourné ?
Cela remettait en cause toutes ses convictions ; et il en vint à la conclusion qu'il devrait sans doute mettre au feu tous les écrits idéalistes qu'il avait produits depuis tant d'années, et qu'il gardait serrés en un tiroir discret. Si la Société se devait déchirer aux noms de l'Egalité et de la Liberté, autant qu'il n'ait rien à voir dans les dogmes qui déboucheraient sur cette pétaudière. Il y avait bien assez de par ce monde de penseurs politiques aux vues utopiques, pour que cette situation incohérente survienne tôt ou tard sans qu'il y mette son grain de sel.

Se tournant vers sa domestique, il hasarda une question qui le tourmentait bien autrement que le devenir de l'équilibre social en France et dans le Monde :


Dis donc Mosca…
Les écrevisses d'hier au soir ; tu es VRAIMENT sûre qu'elles étaient bien fraîches ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alte-warte.positifforum.com
Millysande

avatar

Nombre de messages : 417
Date d'inscription : 02/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Mer 17 Oct - 23:17

Quelques semaines, quelques semaines de trop que cela m' avais prit pour tout mettre en ordre, préparer les commandes a venir , organiser l'abatage des bêtes avec mes gens, et tout planifier pour clore la saison .
Les récoltes étaient presque toutes rangées et j'avais enfin pu organiser le voyage pour rejoindre mon cher et tendre, oui je sais je peux être humoristique parfois, fin bref....
J'étais prête à aller rejoindre ma moitié qui s'était replié ou reclus, ou reposer, c'est comme vous voulez dans sa tour espalionnaise.

Lorsque Thibali, me proposa de profiter de son escorte, j,acceptais avec joie. Non seulement le voyage se ferait en toute sécurité mais en bonne compagnie.
Briel protestait un peu pour la forme, habitué qu'il était a l'agitation de la capitale mais même sans l'avouer il aimait bien nos petites aventures.

Prêts dès l'aube, nous n'eures pas a attendre longtemps notre escorte et le départ fut lancé.

Promenade fort agréable qui plus est en cette période ou l'été se terminait et l'automne tardait encore un peu a s'installée. Ce mois de septembre pourtant dans sa seconde moitié , était fort agréable même si les nuits étaient nettement plus fraîches.
Les couleurs des arbres hésitaient encore a pointer le nez mais certaines se faisaient plus audacieuses que d'autres.

La conversation se faisait a bâton rompu , avec des moments de silence qui me permettait de réfléchir.
D'une part, il était un sujet privé dont je devais trouver moyen de discuter avec Erich, enfin , trouver moyen de ramener cela sur le tapis, et un second plus administratif mais beaucoup plus accommodant et confortable.
D'ailleurs le second influencerait peut être sur l'avancement du premier.

Les dernières nouvelles que j'avais reçu de Camboulas m'avait amener a ce projet qui je l'espérais , plairait a mon époux. En plus, il serait intéressant de retourner la bas en prétexte de cette affaire.
Perdue dans mes pensées, j'était moins attentive a ce qui se passait autours de moi.
Je tournais la tête et regardais mon accompagnatrice.


La tour n'est pas très grande mais confortable, j'espère que l'hospitalité te plaira.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thibali

avatar

Nombre de messages : 113
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Mer 17 Oct - 23:48

Enfin la Mandra était libéré de toutes ces obligations. Une retraite fort bien méritée qui plus est.
Refusant de demeurer plus longtemps a proximité du Castel de Rodez, elle décida de rentrer chez elle.
D'abord vers Espalion, puis éventuellement un passage a Castelmary avant de se rendre à Creisseil.
Elle envisageait même d'y passer l'hivers mais avait reporter la décision à plus tard.
Comme elle disait souvent maintenant ¨on verra ¨.

Mais Creisseil, avait une signification bien particulière pour elle, malgré ces mois voires presque année qui s'étaient écoulés.

L'intention de Millysande de se rendre à la Tour des Lys lui avait donné la motivation pour se décider enfin.
Elle avait donc donné les consignes a Arnaud qui avait rassemblé quelques hommes pour ce voyage.

Dans cette aube, d'automne naissante, on entendit les sabot claquer les pavés à proximité de l'appartement de ces amis.

La troupe repartie aussitôt, peut être que finalement tout le monde était pressé de quitter la capitale .

Thibali, respira a plein poumons tout en flattant l'encolure de sa fidèle monture. Plus ils s'éloignaient de Rodez et plus elle retrouvait la paix, le silence en fait, si l'on pouvait dire que la campagne et les bois étaient silencieux.
Mais ils l'étaient certainement a coté du bourdonnement constant de la population de la ville derrière eux.
A croire que cette ville ne dormait jamais.

Plus ils s'éloignaient, plus elle retrouvait le sourire.

Surtout a observer Arnaud qui se la jouait chef de troupe a coté du jeune Briel.
Bien qu'Elwhin lui ai tout enseigné, il n'avait pas encore beaucoup plus que quelques poils au menton et il est vrai qu'elle lui avait laissé beaucoup d'autonomie ces derniers mois , trop peut être.
N'empêche qu'il avait toujours prit au sérieux son rôle auprès de la famille Quincy de Belle-Rivière.

Elle décida qu'il serait de bon ton d'intervenir avant que le jeune garde de Millysande ne s'ennerve et après avoir consulter son amie, elles décidèrent d'envoyer le jeune Briel vers la tour en messager afin d'aviser Erich de leur arrivée probablement en fin d'avant midi ou début d'après midi.

Un fois le jeune messager parti en avant, elle reprit la conversation avec la vicomtesse.


Ne t'en fais pas Millysande, j'ai déjà visité la Tour d'Erich, il y a quelques années, je n'ai aucune appréhension et je serai d'ailleurs ravie de le revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gars Briel

avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 13/10/2018

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Jeu 18 Oct - 0:07

Dès le départ, il le sentait pas ce voyage. Et pourquoi qu'ils auraient besoin d'une escorte ?
Il était là lui pour protéger sa comtesse !
Non mais qu'est-ce qu'il faut pas entendre.

Il est vrai qu,a plusieurs c'est quand même mieux et là sur son âne ,le gamin trottait au coté du jeune garde Creissels .
Mais franchement, celui là, il se pensait aussi mieux même que son comte Erich.
Briel, grimaçait en l'écoutant mais l'éducation avait quand même fait son oeuvre, donc il disait rien mais n'en pensait pas moins.

N'empêche, , la moutarde commencait a lui monter au nez lorsque Sa comtesse Millyssande lui fit mission.

Il gonfla le torse en se redressant


Oui ma comtesse, j'y vais aussi vite que le vent, enfin si mon âne le veut bien.
Direction la tour, pour prévenir le comte Erich de votre arrivée avec la troupe.
J'vais faire tout ca bien.


Ni une ni deux, qu'il planta les talons dans les flancs de son âne et qu'ils filèrent comme le vent, comme l'éclair, que dis je, plus vite que la lumière, vers la tour. UNE mission de la plus haute importance et même qu'il résista à l'envie de tirer la langue vers Arnaud pour le narguer.
D'accord, c'est du moins ce que pensait Briel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Mosca

avatar

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 01/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Jeu 18 Oct - 0:28

La journée était pas mal entamée déjà, on était au début de l'après-midi ; le temps de changer les chèvres de pâture et puis, Anne ma sœur Anne, ne vois tu rien venir ? Et Anne de répondre " Je ne vois rien que le soleil qui poudroie, et l'herbe qui verdoie. " Ouais.

Sauf que Sœur Mosca, elle, elle a jamais vu le soleil tomber en poudre, et elle espère que c'est pas demain la veille ; mais la route qui poudroie, oui, sous les sabots d'un âne qui galopoie monté par un gamin qui gigotoie… Ho non, pas lui !

Je me dépêche de pousser le troupeau avec ma badine, avant qu'il aille leur foutre la trouille, et que c'est encore moi qui va devoir leur courir après ; et je clame de ma voix pure et douce, en direction de la tour, espérant que le vieux sera dehors et m'entendra :


Cheeeeef !!! On a de la visite !

Si ça se trouve c'était prévu, et il a oublié de me prévenir ; si jamais c'est ça, croyez moi, Noble ou pas, y va m'entendre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erich
Admin
avatar

Nombre de messages : 708
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Jeu 18 Oct - 23:00

De la visite ! Oui, bien sûr ! Un peu, qu'il était au courant. Il va de soi que sa Dame n'avais pas omis de lui faire parvenir un courrier, lui relatant sa venue, accompagnée de Dame Thibali, d'une escorte suffisante, et… Et que juste, oui, il avait oublié d'en parler à Mosca. Bon, on va mettre ça sur le dos des écrevisses ; non ? Comment ça, il était déjà au courant depuis trois jours ? Ben oui mais il avait été occupé, et Mosca n'avait pas toujours été là, et… ouais ; la mauvaise foi, y'a pas à dire, c'était vraiment un truc féminin. Non pas que les hommes n'en usassent point, certes. Mais entre leurs lèvres, bizarrement, ça sonnait toujours faux…

Hmmm ! Oui oui, tiens donc, dépêche-toi de faire disparaître le reliquat d'écrevisses, si jamais il en restait ; et pour ce soir… ben, c'est moi qui cuisinerai ! Contente toi de t'occuper des biques !


Alors oui, un Seigneur cuisinant pour deux Vicomtesses, avec les moyens du bord, dans une tour étroite… ça fait bizarre, c'est un fait !
Mais lui, il adorait ça. Aussi bien l'austérité, que les petites tâches quotidiennes, qu'il déléguait le plus rarement possible à sa faible domesticité. Dans sa famille aussi, en Palatinat Rhénan, c'était un peu comme ça, mais de ceci nous reparlerons ultérieurement.

Se campant en travers du chemin qui menait à la tour, il s'attendit donc à recevoir le choc frontal du gamin et de son âne ; prêt toutefois à se jeter de côté si d'aventure le freinage s'avérait déficient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alte-warte.positifforum.com
Le gars Briel

avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 13/10/2018

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Jeu 18 Oct - 23:18

Ouaiiiiiis, au galop qu'il allait le gamin et déjà il apercevait la tour.
Mission accomplie !
Avec de grand geste, il faisait signe a la Mouche qu'on voyait un peu plus loin. Toujours avec ces chèvres celle là.

Il vit le comte sortir et l'attendre sur la route et tira de toutes ces forces pour freiné, oui vous avez compris, tenter de faire arrêter son âne lancer a pleine vitesse, c'était pas gagné mais il y arriva pile près de son mentor.
On passera le détail sur le fait que le chanfrain de la bête devait bien être quasi sur la poitrine du sieur Erich.
Le fait est qu'il y avait pas de bobo et c'est tout fier qu'il sauta a terre pour compléter sa mission


M'sieur l'comte, vot comtesse elle arrive derrière moi avec la vicomtesse et sa garde.
Bon une garde, faut dire vite hein, 2 hommes menés par un jeunot a peine plus vieux que moi qui se prend pour un généréal.
Mais j'ai tout fait bien, j'l'jure. J'ai pas dit un mot en le laissant blablater sa suffisance.

Ben bref, voila, ma mission est accomplie.
Ah et forcément y a donc ...


Il compta sur ces doigts

4 chevaux , a non 5 chevaux et un bête de somme avec leur attirail.
J'peux aller prendre soin de mon âne maintenant et puis aller manger ?
Parce que j'ai faim mouaaa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erich
Admin
avatar

Nombre de messages : 708
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Ven 19 Oct - 21:35

Erich s'attendait EXACTEMENT à ce qui arriva ; bizarrement voir le gamin et sa monture lancés sur lui, cela lui rappela quelques souvenirs du temps où il entraînait l'armée du Duc de Savoye ; Gironfla, gare à gare ! Gironfla, gare à d'vant !

Il s'efforça de ne point broncher, bien que l'arrêt du duo animal à moins d'un pied de son visage lui fit esquisser un mouvement de recul… et bien sûr, le gamin ne put s'empêcher de se lancer dans une logorrhée, conclue par les réclamations de son insatiable estomac ; attend donc de voir !

Reprenant sa posture impassible, il laissa s'écouler un temps de silence ; pour finir par susurrer, froidement :


Tu parles trop.

Mains dans le dos, il entreprit alors de faire l'inspection de l'ensemble cavalier-monture ; pas un mot, pas une expression ; puis revenant se planter devant le protégé de sa Dame :


Alors, déjà, les sangles doivent être resserrées ; sans quoi le frottement risque de blesser l'animal, et la selle pourrait bien se retourner, te désarçonnant dans le feu de l'action.

Allez, on continue.

Tout le harnachement gagnerait à être mieux graissé ; c'est gage de longévité pour lui, et aussi de souplesse ; en cas d'alerte, chaque seconde compte, et un harnachement rêche prend beaucoup plus de temps à être serré en place, que son équivalent souple.
Idem pour les boucles métalliques de serrage.


Il se recula, regarda l'ensemble.

Et même remarque pour les bottes, ceintures. L'entretien donne à ces équipements longévité et facilité de mise en oeuvre.
Allons ; dès que Mosca aura parqué les bêtes, tu iras vers elle, et tu lui demandera le nécessaire à cuir. Dans une heure, revue de détail. Il faudra que cela brille. Et pas question de te sustenter le ventre, avant que de te présenter face à nous, comme… un digne page de la "Comtesse" de Camboulas.

Rompez !


Il reprit sa pose au milieu du chemin, guettant et espérant l'arrivée de la "suite comtale". Il riait intérieurement de la leçon donnée au gamin. Il fallait inévitablement en passer par là si on voulait le sortir de sa condition. Sûrement, il allait râler, mais un jour, s'il n'était point trop sot, il éprouverait de la reconnaissance pour ces nécessaires épreuves.

Il avait lui-même vécu bien pire que tout cela ; et somme toute, il se tenait encore debout ; pour quelque temps au moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alte-warte.positifforum.com
Thibali

avatar

Nombre de messages : 113
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Ven 19 Oct - 22:29

Amusée la Mandra regarda filé le gamin et le calme revint.
Les hommes n'étaient pas intervenus en laissant discourir Arnaud.
Chacun savait qui commandait dans cette mesnie et laisser ces illusions a Arnaud était un point d'entente.

Le paysage devint de plus en plus familier et bientôt , on aperçut la silhouette de la tour se profiler.
Une silhouette reconnaissable se tenait dans le chemin et Thibali sourit.
Elle tourna le regard vers Millysande en l'invitant a les précéder un peu.

Leur laisser quelques minutes pour les retrouvailles était excellent.

Un fois les avoir rejoint, elle mit pied a terre et passa les rênes de sa monture a son jeune compagnon, avant de s'approcher de son vieil ami.


Comme toujours, tu nous guettais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gars Briel

avatar

Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 13/10/2018

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Ven 19 Oct - 22:54

Son entousiasme se dégonfla comme ballon.
Le gamin ferma son clapet et observa le comte faire le tour de sa monture.
Il pouvait déjà deviné l'orage qui grondait comme son estomac d'ailleurs.

Le comte avait son air des mauvais jours, ptêtre que finalement il était pas content de nous voir arrivé.

Tout de même, quand la sentence tomba, les épaules de Briel ployèrent. Adieu bonbance et bonjour brossage, nettoyage , frottage et ¨ointage ¨. Il lui avait déjà dit d,ailleurs, mais il avait comme un ptit peu oublié.
Les joues rouges et tête basse , sans même protesté pour une fois, il mena son âne vers l'étable où il le chouchouterait en attendant la Mosca.


Oui chef ! Bien chef, mais j'ai faim quand même
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Millysande

avatar

Nombre de messages : 417
Date d'inscription : 02/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Ven 19 Oct - 23:05

On profita donc du calme pour le reste du chemin et le temps passa plus vite que je ne m'y attendais.
La troupe devenue silencieuse , me fit apprécié ce moment puisque j'étais habituée aux bavardages disputes et demandes incessantes de la part de la Mosca et de Briel lors de nos voyages.

J'haussais un sourcil lorsque Thibali me fit signe à l'approche de la tour puis répondis a son sourire par le mien.
Bien sur que j'avais hâte de retrouver mon époux et je ne me fis pas prier pour talonner mon cheval et légèrement accéléré le pas.

Dès que je rejoignis Erich, toujours le sourire aux lèvres, je lui fis d'abord un signe de tête gracieux avant de me laisser glissé au bas de ma monture.


Tu sembles amaigri, auriez vous eu quelques soucis d'intendance ou bien aurais tu oublier de te nourrir convenablement , trop absorbé par tes occupations ?

Je penchais la tête vers lui et riant légèrement et glissai ma main dans la sienne

Je suis ravie de te retrouver et j'ai beaucoup de sujets a discuter avec toi plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erich
Admin
avatar

Nombre de messages : 708
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Ven 19 Oct - 23:38

Amaigri ? Vraiment ? Il ne s'en était pas trop rendu compte, quoi qu'il en soit, Erich ne s'était jamais senti aussi bien dans son corps ; il prit donc cette remarque pour un compliment.

Laissant la main de sa Dame se glisser dans la sienne, de son bras libre il lui enserra la taille, et sans un mot, lui accorda un baiser fougueux ; des fois, il faut savoir se taire.

Il ne prêta même pas attention à la tenue du harnachement de sa jument, opérant ainsi une sévère discrimination entre la Dame et son jeune "page" ; quelle négligence me direz vous ; mais il semblait bien trop absorbé dans les retrouvailles, pour aborder des questions de logistique… Et puis il ne doutait pas un seul instant que Millysande soit particulièrement attentive au soin de sa monture. On pouvait donc passer directement aux choses sérieuses.

Lorsque le besoin se fit sentir de retrouver son souffle (oui c'était un prétexte à la con, il pouvait aussi bien respirer par le nez, on est d'accord), il recula son visage sans relâcher son étreinte ; et après un temps de contemplation, regard dans regard :


Des sujets ? Oui, tu l'évoquais dans ton courrier ; j'ai hâte que tu m'en dises plus !

C'est donc sur ces entrefaites qu'arriva la Mandra ; s'écartant à regret de Millysande (on allait pas se donner en spectacle, non mais !) il dévisagea son amie avec quelque surprise.

Vous guetter ? Non, mais ! Loin de moi cette idée ! Franchement…
C'est par pur hasard que je me trouvais sur ce chemin, apparemment l'ange gardien de Briel m'avait choisi pour servir de tamponnoir à sa monture…


Il reprit son épouse par la main, et les invitant vers la tour :

Mais venez ! nous allons mettre les bêtes au repos, et pendant que les gens s'occuperont de monter le camp, nous aurons loisir de discuter au calme des dernières nouvelles et des projets récents ; autour d'un pichet de Marcillac !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alte-warte.positifforum.com
La Mosca

avatar

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 01/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Sam 20 Oct - 21:31

Et vazydon ! Je sens bien que ce soir, ça va encore être carnaval ; bien, très bien !
Moi en tous cas, je m'en mêle pas ; c'est pas pour ce que le vieux y m'paye, franchement ! Qu'ils se fassent leur petite sauterie à trois, ça manque pas de larbins pour les accompagner, moi… je vais me faire un devoir de pas rester dans leurs jambes !


Allez les biques ! On avance on avance. On est attendus ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnaud

avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 13/10/2018

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Sam 20 Oct - 21:45

Sans public attentif, Arnaud c'était tu. Pas qu'il se prenait pour un autre mais depuis la disparition d'Elwhin de Quincy, il se sentait un peu comme l'homme de la famille et ne lâchait pas d'une semelle la mandra.

Il savait bien qu'elle était chef militaire, mais c'était plus fort que lui.
Restait plus qu'elle maintenant et s'il ne pouvait être le fils de la famille, il se sentait de grande responsabilité.

Il osa un coup d'oeil vers la vicomtesse, qu'elle lui rendit d'ailleurs mais sans message particulier.
Il n'osa pas regarder vers les gardes qui eux se gêneraient pas.

Il devint donc silencieux mais encore plus attentif à la route.
Lorsqu'ils arrivèrent a destination, il s'empressa d'attraper les rênes du cheval de la dame de Quincy de Belle-Rivière et attendit la suite.
Finalement, ils s'en furent , lui et ces deux acolytes vers l'étable ou chacun entreprit de soigner les chevaux avant de préparer le campement a proximité.
Ils étaient tous habitués a ce genre de vie, se baladant à droite et à gauche selon les aventures et les voyages de leur cheffe.

Il ne vit donc pas le jeune Briel s'affairé sur ces harnachements. Heureusement d'ailleurs, il aurait pu lui prendre l'envie de lui distribuer quelques conseils
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erich
Admin
avatar

Nombre de messages : 708
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Sam 20 Oct - 23:06

Passons aux choses sérieuses.

On était donc entrés dans la tour. L'unique pièce du Rez-de-chaussée servait à la fois de cuisine, salle à manger, séjour… Autour de la rude table rectangulaire, sur les bancs sans dossier, on se plaça donc. Erich tira d'un tonnelet, un pichet de bon vin rouge ; servit du pain, du formage et du raisin, histoire de ne pas gâcher que du liquide ; et convia les Dames à s'asseoir face à lui, les invitant à se servir.

Quand tout le monde parut à son aise, il dévisagea son épouse pendant un long instant, ou quelques courts moments additionnés, je vous laisse choisir. Il s'imprégna d'elle, de ce qui émanait de sa personne, beauté, intelligence, fermeté et force de caractère aussi. Et se dit qu'il aurait pu tomber plus mal, en fait.
Bon.
Mais il était temps d'avancer. Se hissant hors de sa rêverie à la force du poignet (ne me faites pas dire ce que je n'ai jamais voulu dire !), il se permit d'introduire la discussion.


Ainsi ! Ne me disais-tu pas que tu avais quelques propos qui te tenaient à cœur ?

En espérant que ce sont des sujets qui peuvent être dévoilés devant notre amie… sans quoi… mais pardon, je cause, je cause…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alte-warte.positifforum.com
Millysande

avatar

Nombre de messages : 417
Date d'inscription : 02/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Sam 20 Oct - 23:27

Je fus ravie de l’accueil chaleureux (pour ne pas dire autre chose ) mon époux et une fois Thibali a nos cotés , nous rejoignirent la Tour.

Ce fut avec un léger soupir de bien être que je retrouvais le lieu.
Une fois tout le monde installé et servit, je tournais entre mes mains ma coupe de vin en notant le regard insistant d'Erich qui me fis sourire discrètement.
Çà aurait pu aider a mon premier plan mais malheureusement ce n'était pas le moment, faudrait donc attendre.
C'est alors qu'il me questionna.

Étant donné où en étais mes pensées, je rosis légèrement avant de reprendre contenance.
Le deuxième plan était plus adéquat....je me lançais.


AH ! heu non....oui ca va .
Ainsi donc mon cher ami, comme tu le sais, Camboulas est un bien difficile logis et pas très acceuillant sauf pour les troupes qui l'occupent. Ainsi , j'ai appris que la maison au pied de Camboulas se retrouve libre après le décès du jeune clerc qui y habitait. Je me disais qu'il serait intéressant d'en prendre propriété pour nous loger plus confortablement lors de nos séjours.

Mais il vaudrait mieux aller inspecter avant de prendre acte. Qu'en dis tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erich
Admin
avatar

Nombre de messages : 708
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Sam 20 Oct - 23:55

Erich vida son godet tout en écoutant sa dame ; oui, il lui souvenait bien du site de Camboulas ; un castel austère, étroit et archaïque, perché sur un promontoire difficile d'accès ; juste deux tours carrées jointes par des remparts, et un logis à peine plus grand qu'une cabane de villain ; et à juste quelques minutes de marche, sur les bords du Viaur, cette demeure charmante, bien située et d'aspect aussi agréable que confortable, quelque chose d'indescriptible. Un site harmonieux, dans le sens divin que peut prendre le mot Harmonie. De fait il s'était dit plusieurs fois, passant en cet endroit, qu'il eut aimé y couler des jours paisibles.

Ha ; tu parles de la maison du Petit Barri, c'est bien cela ?
Oui ; ça serait fort bien d'en reprendre l'usage, si elle est libre ; je suis enchanté de l'idée !


Il resservit une tournée de ce bon vin de Marcillac à tout le monde, sans s'oublier lui même ; saisit une grappe de raisin qu'il grignota tel un merle chapardeur ; puis revint en pensée au sujet.
Le jeune clerc qui occupait les lieux, il ne se souvenait pas de l'avoir croisé ; apparemment il s'agissait d'un érudit, déjà installé icelieu avant même que le fief de Camboulas n'échut à Millysande, en récompense de ses bons et loyaux services au Conseil local. Une vicomté, rien de moins ! Mais il est vrai qu'à eux trois, plus quelques autres, ils avaient porté la province à bout de bras durant quelques années, redressant son économie ; la défendant contre les malfrats et bandes armées, Francs-Compagnons, Ribauds et autres Ecorcheurs ; envoyant sans remord à la potence ceux-là qui n'avaient pas fui assez vite. Et jouant aussi sur plusieurs tableaux politiques : au service du Roy de France, ils avaient œuvré pour contrer les manigances du perfide Comte d'Armagnac qui faisait tout pour élargir son influence en Rouergue, tout en tentant dans le même temps, de limiter au maximum l'ingérence royale dans ces contrées ; essayant de préserver au mieux leur autonomie, alors même qu'elles étaient dans les textes, rattachées au Domaine Royal.

Cela n'avait pas été mince affaire ; il avait fallu louvoyer, et ils ne s'en étaient pas si mal sortis ; quoiqu'il en soit les fiefs reçus en récompense, témoignaient autant de leur investissement, que de la reconnaissance qu'on avait eu à leur égard.

Maintenant donc, ils géraient leurs terres et avaient passé la main ; mais foin de ces digressions. Erich revint à cette idée qui le dérangeait, la disparition de ce jeune clerc.


Hmmm, tu me dis que ce Messire, ce Sçavant qui logeait là… il est décédé, c'est bien cela ?
Dans mon souvenir, il était plutôt jeune, oui ; sait-on ce qui est arrivé ?


Parce que oui ; emménager dans une maison entachée par une mort violente, ou un décès dans d'horribles souffrances… c'était quelque chose à considérer à deux fois !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alte-warte.positifforum.com
Millysande

avatar

Nombre de messages : 417
Date d'inscription : 02/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Dim 21 Oct - 23:28

J'observais la mimique d'Erich en tentant de deviner ces pensées. C'était pas une mince affaire que de tenter cette exploit.
Allez donc savoir où ces pensées allaient parfois.
Je me servie un bout de fromage en attendant patiemment.


Oui exactement, le Petit Barri, cette demeure nous avait plu au premier regard.
Elle a un quelque chose d'attirant.


J'attendis , car suite il y aurait, et en attendant , j'acceptais la nouvelle tournée de Marcillac.
Comme de fait, la suite vint.


On m'a rapporté que c'était une mort naturelle, mais je n'en sais pas plus.
Il vivait un peu en ermite .


J'haussais une épaule.

On ne m'a rapporté aucun autre décès ni malade, ce n'est donc pas une épidémie. Sinon qu'on l'aurait enterré parmi les moines. Dans le cimetière du prieuré de Saint Georges.
Dans tous les cas, je pense que l'idéal est d'aller sur place. Nous aurons ainsi toutes les réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Mosca

avatar

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 01/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Lun 22 Oct - 0:12

Alors voilà ; pendant que les huiles se font leur petite causerie entre eux, nous les plébéiens, on va pas se laisser abattre pour autant ! Et quoi encore !

Le chef m'a fait amener un tonnelet à l'escorte de ces Dames ; hé beh, on va lui faire un sort, z'allez voir !

Les chevaux parqués, le campement monté (Ouais, ils ont tenté leur plante ; ou un truc comme ça. Une chance encore, que j'ai pas à les héberger dans mon grenier ! Pour ça pas de souci, on m'a jamais fait jouer le rôle de repos du guerrier, en vrai j'ai pas mal de chance, à comparer aux autres bonniches de la contrée…) bref on va commencer à servir tout le monde, en plus si ils ont à boire, ils causeront moins…



(De gauche à droite, avec son casque ridicule, le gars Arnaud, le chef de l'escorte de la Dame Thibali ; Briel, avec son couvre chef rouge ; les deux inquiets qui complètent la garde rapprochée de ces Dames ; et moi bien sûr, oui pour une fois j'ai attaché mes cheveux, ça vous défrise ?)

Bon, après ça va bien falloir qu'on se fasse aussi un petit gueuleton ; z'avez apporté quoi ?

Bah oui parce que pas question que ça soit moi qui les nourrisse, Hohé ! Y'a pas marqué "Soeur de Charité" !
Hmmm ; il est bien mignon le p'tit gars Arnaud en fait ; dommage qu'il ait l'air aussi niais. Allez, m'en vas te l'entreprendre, savoir un peu ce qu'il a dans le ventre…


Et toi, depuis combien de temps que t'es au service de la Creissels ? (Oui ça sonne un peu "crécelle", j'y peux rien si ils ont des fiefs aux noms pourris !).
Ça va, elle est pas trop pénible comme patronne ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arnaud

avatar

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 13/10/2018

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Lun 22 Oct - 21:12

Ils étaient habitués aux voyages et les 3 hommes, montèrent le campement en un claquement de doigt.
Chacun connaissait ces tâches et ils se permirent de relaxer quand tout fut terminer.

Une jeune fille vint leur porter un tonneau et Arnaud se sentit toute chose.
Pas tellement habitué qu'il était a cotoyer les jeunes demoiselles.

Pas qu'il s'y intéressait pas, mais il en avait pas l'occasion souvent .

Il demeura comme un benet à regarder la fille , les bras ballants. Il s'agita enfin lorsqu'il entendit les rire étouffés des deux autres.
Bien sur qu'ils se payeraient sa tête autant qu'ils pourraient.

Il se redressa et s'approcha d'un air nonchalant avant de répondre.


Je suis au service de la famille de Quincy de Belle-Rivière depuis plus de 7 ans , donà. Et ces deux là , y était déjà. Et non, la Mandra n'est jamais pénible !
Sauf si on gaffe
hehum, et vous damoiselle ?
Mon nom est Arnaud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thibali

avatar

Nombre de messages : 113
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Lun 22 Oct - 21:22

La mandra avait suivi le couple et prit place a la table.
Connaissances de longue date, et amis également, le protocole n'avait rien a faire entre eux.
Ils avaient beaucoup partagé depuis le temps, le menton dans sa main, alors que de l,autre main elle se servait en les écoutant, elle tendit l'oreille lorsque Millysande parla du petit Bari et de Camboulas.

Sans s'immiscer dans la conversation entre les deux époux, elle montra tout de même son intérêt


Intéressant, je ne crois pas être aller a Camboulas, mais selon ce que vous en dites, ma curiosité est aiguisée.
Vous iriez bientôt ?


Mine de rien, comme elle n'avait pas de projet en particulier dans le futur proche, il lui sembla que la visite serait digne d'intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Mosca

avatar

Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 01/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Lun 22 Oct - 21:57

Au campement des grouillots de base.

J'ai bien dû me retenir de pouffer en voyant les airs qu'il se donnait, le garçon ; mais bon, c'est de leur âge, apparemment. Faut les laisser gérer leurs hormones.

Hohé ! Tu me prends pour qui ? Donà, Donà, est-ce que j'ai une gueule de Donà ?
Non, moi c'est Mosca, tout simplement.


Et de reprendre l'enchainement des paroles et des pensées ; alors, ça donnait quoi ? heu…

- Ça va, elle est pas trop pénible comme patronne ?
- Et non, la Mandra n'est jamais pénible !
Sauf si on gaffe.
Hehum, et vous damoiselle ?


Et moi ? Ha ben tu fais bien de te rencarder, parce que dans le genre pénible… moi je suis un véritable ange de douceur. Une crème, un nectar, t'en tomberais su'l'cul si tu me connaissais mieux, mon gamin !


Bon oui, c'est bien gentil, mais le gros rouquin du patron il va finir par nous chauffer les oreilles si on y rajoute pas un peu de consistance… Et on finirait par raconter des sottises, ça serait mal venu.

Et ouais, je demandais si vous aviez prévu d'amener la galetouse ? Parce que c'est pas tout ça mais j'entend des estomacs grogner…

Désignant Briel d'un geste négligeant :

C'est pas moi, c'est le gamin ; à c't'âge là, ça vous boufferait un curé avec sa soutane !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au pays de Camboulas.
Revenir en haut 
Page 1 sur 12Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Wikileaks: Les pays Arabes peu tendre envers l'Iran
» Leaders de mon pays, je m'adresse à vous !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Tour des Lys :: Aventures dans l'Histoire :: Le verger du Roi Louis-
Sauter vers: