La Tour des Lys

Petites errances rôlistiques ou bien réelles
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Au pays de Camboulas.

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Fortuna

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Mar 6 Nov - 23:15



La prière achevée, le prêtre, après un petit temps de silence, invita les voyageurs à sortir du cimetière.

Tout en les accompagnant hors de l'enceinte, il entreprit de répondre au seigneur qui l'avait interrogé :


Oui, c'était quelque chose de semblable. Il passait de longues heures ici, à travailler dans notre bibliothèque. Et ne semblait guère attiré par les responsabilités et charges au sein de l'Eglise, que son esprit brillant auraient pourtant pu lui permettre d'assumer.

Il avait un côté ermite, comme nous autres moines ; mais malgré le plaisir qu'il avait à se retrouver souvent parmi nous, il n'aurait sans doute jamais porté l'habit et vécu en communauté. Il semblait épris de solitude.


Le prieur haussa les épaules avec une expression fataliste.

Que pourrais-je vous apprendre de plus ? Pas grand chose, je le crains.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Millysande

avatar

Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 02/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Mar 6 Nov - 23:26

Moment de prière près de la tombe, et je fis mon signe de croix

Amen

Après un moment, Erich parla mais sans revenir sur le fondateur. J'emboîtais le pas du Prieur vers la sortie du cimetière tout en écoutant sa réponse. Honnêtement je réfléchissais plus au comment l'aiguiller sur la question qui me préoccupais.
La fin de son explication m'ouvrit une petite porte.


Je fus fort étonnée et intriguée par le sarcophage sans couvercle du père fondateur.
Malheureusement, les paroles du jeune frère m'ont affligées.
Son tombeau profané ? Comment est-ce possible !


J'attendis avec impatience d'entendre le Prieur sur ce sujet. Si tant est qu'il voudrait bien s'expliquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fortuna

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Mar 6 Nov - 23:41



Justement, le rocher engravé se trouvait juste face à l'entrée du cimetière, par laquelle le groupe était en train de sortir. Le prieur s'arrêta un instant, contemplant le tombeau vide.

Franchement, ma fille ; on raconte tant et tant de choses à ce sujet, et pour ce qui est de cette tradition locale qui voudrait que ce soit l'oeuvre des Cathares... je reconnais ne pas y croire vraiment.
Nous venons de vivre un siècle terrible, avec cette guerre contre l'Angleterre. Il est probable que les troubles que notre province a traversés, soit à l'origine de cette profanation. Personnellement, je n'en sais pas davantage. Tout ce que je puis dire, c'est que lorsque je suis arrivé céans, la tombe du Père Maurin était déjà dans l'état où nous pouvons la voir aujourd'hui.


Il écarta les mains en un geste d'impuissance, signifiant bien par là qu'il ne pouvait davantage renseigner ses hôtes. Puis reprit :

A présent... si vous voulez bien m'excuser. L'heure de notre labeur ne va pas tarder à revenir, et je me dois à ma communauté.

Ne manquez pas de revenir, quoi qu'il en soit. Nous aurons toujours plaisir à vous accueillir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Millysande

avatar

Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 02/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Mar 6 Nov - 23:50

On était pas bien bien plus avancé, mais il avait répondu .

Je lui fis de nouveau remerciement avant de prendre congé et le laisser retourné auprès des autres.


Merci encore de votre accueil et je ne manquerai pas de revenir bien sur. Nous avons encore a discuter quand aux rapports du prieuré et de Camboulas.

Bonne journée a vous mon père.


Les salutations d'usages faites, je me dirigeais vers le pré ou La Mosca et Briel nous attendais auprès des chevaux.
Il était l'heure maintenant de continuer notre route vers Camboulas .
Je ne doutais pas que les discussions iraient bon train sur la route, alors que nous pourrions parler librement.


Dernière édition par Millysande le Mar 6 Nov - 23:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fortuna

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Mar 6 Nov - 23:57

Comme le groupe remontait en selle, une silhouette malingre s'approcha d'eux.



C'était le vieux colporteur qui avait partagé leur repas à la table des hôtes, et qui semblait prêt à reprendre sa route sans fin.

Cependant, au lieu de partir par le chemin, il entra dans le pré, et se dirigea tout droit vers le couple vicomtal.


Dieu vous bénisse, nobles gens !
Excusez mon impudence ; mais voilà. Il m'a semblé, à entendre votre discussion, pendant le repas ; le caillou, là-haut, il vous intrigue un peu, non ?


Il toussota, puis reprit, tentant de se donner un peu de contenance :


Moi je peux vous dire ce qui s'est passé là-bas. Très exactement.
J'y étais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Millysande

avatar

Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 02/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Mer 7 Nov - 0:05

Je m'apprêtais à mettre pied à l'étrier lorsque l'homme qui avait partagé le repas avec nous, nous rejoignit.

Curieuse, j'attendis donc et l'écoutai, à ma grande surprise d'ailleurs. J'en fus presque bouche bée.
Était ce possible qu'il y fût ?


Le tombeau du père fondateur, vous y étiez ?
Nous vous écoutons avec attention messer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fortuna

avatar

Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 07/10/2015

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Mer 7 Nov - 22:38



L'homme posa sa hotte au sol, et se tint ferme devant la Vicomtesse. Aussi ferme que ses vieilles jambes fatiguées le lui permettaient, du moins.


Voilà. C'était il y a bon nombre d'années, j'étais tout minot alors. J'ai pas vraiment eu de parents, alors très vite, il a bien fallu que je me débrouille.

A l'époque, je sais pas, je pouvais être de l'âge de votre jeune page... (il désigna Briel d'un geste vague de la main) ; j'avais moins de chance que lui, sûr ! On était encore en pleine guerre, avec l'Angloys victorieux de partout. Je servais alors comme "goujat", dans une bande de routiers navarrais. La pire engeance qui se puisse imaginer, vous devez bien savoir.

Ils étaient toujours à la recherche d'un engagement, pour un parti ou l'autre, Royaux, Angloys, Armagnacs, Bourguignons... Mais comme il y avait pas bataille tous les jours, loin de là, en temps de trêve ça vivait sur la bête ; comme on dit. Je vous fais pas de dessin.

Et oui, un jour on est arrivés ici-même, à Saint-Georges. La population s'était réfugiée avec le bétail et les vivres dans l'église, ho on a bien tenté de forcer les portes. Mais c'est que ça savait se défendre, et depuis le clocher, il est tombé sur mes routiers de jolis traits d'arbalète, que plusieurs y sont restés cloués au sol !
Alors ils ont pas insisté, et ils ont voulu se trouver un village plus vulnérable. C'est pas ça qui manquait.

C'est quand ils ont voulu repartir ; y'en a un qui a remarqué le vieux tombeau.
Alors ça, ça les a tout de suite regonflés ! Ils manquaient pas de vider toutes les tombes qu'ils trouvaient, espérant y trouver de l'or, des bijoux... C'est vrai que des fois ça nous était arrivé, des trucs très vieux d'avant le Christ, peut-être. Mais bon.
Fouiller une tombe de chrétien ou une tombe de païen, c'est pas ça qui les inquiétait. Tout faisait ventre.

Alors ils ont essayé de lever le couvercle, mais il était trop lourd. Un grand énervé, Beñat il s'appelait, je me souviens ; il a pris une masse qu'on avait, et il a commencé à taper, et le couvercle s'est cassé en plein de morceaux, qu'ils ont jeté là. Si ça se trouve, on pourrait encore les retrouver enfouis parmi les ronces et les fougères.

Alors bon. Quand ils ont vu une vieille bure de moine toute bouffée par les ans, avec une sorte de croix en bois sur le ventre, ils ont bien été déçus. Je sais pas à quoi ils s'attendaient pourtant, à côté d'un cloître...

Mais pas grave, ils ont voulu fouiller tout quand même ; ils ont cherché à sortir le corps, et là...


Le vieil homme regarda autour de lui comme pour s'assurer qu'on ne l'écoutait pas ; puis il reprit un ton plus bas :


Je vous assure ; dans la robe de moine, c'était pas des os qu'il y avait ; mais un vieux bout de bois tout vermoulu, qu'avait été taillé à peu près à la forme d'un bonhomme allongé. Un gros mannequin, rien de plus.

Voilà. Alors les gars, furieux, ils l'ont jeté en bas, avec les bouts du couvercle, sans se poser de questions. Et puis, ben, on est repartis.
En tous cas, pas sûr qu'il y a jamais eu quelqu'un de chair et d'os déposé dans ce trou...


L'homme avait achevé son récit ; les yeux baissés il se dandina un peu d'un pied sur l'autre, comme hésitant ; puis finit par hasarder :

Bon ; je sais pas si mon histoire elle vous aura intéressés.
Mais si vous aviez un peu de pécule, pour m'aider à continuer ma route. Ho bon, je suis pas malheureux hein ! Voyez, je tiens encore debout.
Mais bon... toute peine mérite salaire, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Millysande

avatar

Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 02/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Mer 7 Nov - 22:47

Pourquoi n'étais je pas étonnée de ce nouveau rebondissement.
J'avais écouté l'homme et à la fin, en fouillant dans mon aumônière, je lui remis 2 piècettes d'argent.


Merci pour votre témoignage très intéressant mon brave et bonne route à vous.

Je me tournais vers mes compagnons sans ajouter un mot puis mis pied à l'étrier en réfléchissant à cette affaire.
Le mystère du tombeau était résolu mais un nouveau était apparu sur son contenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thibali

avatar

Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Mer 7 Nov - 22:59

Millysande avait beau lui avoir raconté leurs aventures, jamais n'aurait elle cru voir cela de ces yeux.
Et pourtant...

On avait débuté par la mort d'un clerc tout banal, enchainé sur un mystérieux sarcophage, assisté a un office dans une église qui vous rendait tout bizarre et maintenant cela.
Pourquoi diantre, se donner autant de mal pour un sarcophage si c'est pour y mettre un mannequin de bois ?

La mandra pour une fois en perdait son latin. Si elle n'avait pas entendu elle même du haut de sa monture toute cette histoire, elle aurait rit de quiconque lui aurait raconté une telle légende.

Mais là elle ne riait pas du tout, elle hocha la tête au coup d'oeil de Millysande et fit avancer sa monture lorsque tout le monde fut prêt en respectant le silence de chacun.

Semblerait que tout le monde en était au même point et qu'on attendait d'être éloigné du Prieuré pour en parler.
Excellente tactique d'ailleurs, mais où était passé le corps du fondateur avec tout ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erich
Admin
avatar

Nombre de messages : 678
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Mer 7 Nov - 23:17

Erich avait écouté le récit du colporteur sans sourciller, cependant il était époustouflé.

Il était donc écrit quelque part, qu'ils ne pourraient pas faire une petite promenade sans tomber sur des histoires extravagantes ; et celle là lui semblait particulièrement touffue, pour tout dire.
Il commença à gamberger ; cherchant le lien qui pouvait bien exister entre ce sarcophage au macchabée factice, et l'autre tombe là-haut, fraîchement creusée. Aucun rapport ? C'était plausible, et pourtant il ne pouvait s'empêcher d'y revenir. Et puis, cette histoire de bûche enterrée à la place d'un corps... cela lui rappelait quelque chose, mais quoi ?


Mes amies, je pense qu'il va bientôt falloir que je fasse quelque recherche dans mes archives...

Il pensait même devoir écumer les bibliothèques du Comté, tant cette histoire commençait à l'intriguer au plus haut point.
Mais pour l'heure, on était repartis pour Camboulas ; déjà le sentier s'ouvrait sur leur gauche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alte-warte.positifforum.com
Le gars Briel

avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 13/10/2018

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Jeu 8 Nov - 0:02

Le gamin qui était tout content de partir de cet endroit qui vraiment lui disait rien qui vaille, soupira en voyant le type s'approcher pour parler à sa comtesse.

Il l'avait bien reconnu mais il était effronté quand même de s'avancer comme ça.
Il l'écouta tout de même discuter avec sa maitresse et en eut l'oreille qui frisa lorsque l'homme le montra du doigt.
Tout minot, tout minot... minot toi même qu'il aurait bien eu envie de dire, mais il déchanta en entendant la suite.

Vrai qu'il avait eu de la chance  malgré sa vie d'orphelin d'être pris sous l'aile protectrice de sa dame comtesse.
Même qu'il avait un âne à lui et des responsabilités et même qu'une éducation, oui m'sieur, ça vous en bouche un coin nan ?

Il eu une pensée pour ceux qu'il avait côtoyé dans le temps d'errance à Rodez. La majorité était toujours dans la rue à vivoter de larcins et crever de froid l’hiver.

Il devint tout sérieux et mal lui en prit, les yeux lui sortirent presque des orbites en entendant l'histoire.
Un bout de bois dans une tombe ?
Il se signa en vitesse devant ce sacrilège et se détourna vers son âne et la Mosca.

Il monta en selle et chuchota à celle à ses côtés.



Par le diable , un bout de bois dans une tombe ! Tu y crois toi, sont vraiment fous dans ce coin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine de Brulhiac.

avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 08/11/2018

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Jeu 8 Nov - 11:27

Antoine de Brulhiac cheminait tranquillement, tenant son cheval par la bride, quand il entendit le groupe de cavaliers arriver dans son dos. Poussant de l'épaule son cheval vers le bas-côté, il s'arrêta pour regarder les arrivants. La petite trentaine, les cheveux bruns, en bataille. Il portait l'épée au côté. Le cheval était un étalon d'un noir de suie.
Antoine de Brulhiac avait l'air pâle. Son cuir clouté élimé était sale de la poussière du chemin. Il attendit que le groupe se rapproche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Millysande

avatar

Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 02/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Jeu 8 Nov - 22:49

Nous cheminions tranquillement lorsqu'on vit un voyageur un peu plus loin sur la route de Camboulas qui s'y dirigeais également.

Je prêtais attention jusqu'a ce que je puisse mieux apercevoir l'homme et sa monture qui s'était écarté de la route.
Je reconnus alors le capitaine de Camboulas et le hélais. Je ralentis ma monture pour m'arrêtais a sa hauteur.


Bonjorn Capitaine, nous attendiez vous pour nous servir d'escorte ?

Sourire aux lèvres, je notais la poussière ainsi que sa pâleur. Manquerait plus qu'il soit arrivé quelque chose à Camboulas et la coupe serait pleine.
Je me tournais vers Thibali.


Thibali , ma vicomtesse, je te présente le capitaine de Camboulas, Antoine de Brulhiac.

Capitaine, la vicomtesse de Creissels et de Castelmary mieux connue sous le surnom de la Mandra nous fait grâce de sa visite .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine de Brulhiac.

avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 08/11/2018

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Ven 9 Nov - 5:52

Ah, ma Dame ! Non point !  J'ignorais tout de votre venue !

Antoine de Brulhiac s'inclina non sans contenir une grimace

Mes Dames, Mon Sieur...
J'étais parti au marché acquérir ce beau cheval. Je n'étais ainsi pas à mon logis.


Le front du capitaine se couvrit de sueur et sa pâleur augmenta encore

Je l'ai eu à très bon prix mais on m'a dit ... qu'on ne pouvait le monter. La réalité n'est pas tant qu'on ne peut le monter, c'est juste qu'on ne peut pas le monter longtemps...

Tous purent alors remarquer le bras gauche que le capitaine tenait replié sur son corps. Le poignet formait un angle bizarre avec l'alignement du bras

Le cheval m'a jeté bas. Je n'ai pas pris le risque de risquer une nouvelle chute. Si quelqu'un avait l'amabilité de m'aider à réduire cette fracture et de me poser une attelle, je lui en serais infiniment reconnaissant

Son regard balaya l'escorte des dames. Il suait maintenant à grosses gouttes et on le sentait sur le point de défaillir. L'étalon, magnifique, attendait impassible sur la bas côté, tirant sur la bride pour happer toute touffe d'herbe à sa portée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Thibali

avatar

Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Ven 9 Nov - 20:04

En froncant les sourcils, la mandra salua l'homme pendant qu'elle l'observait d'un regard scrutateur.
A l'évidence cet homme était mal en point et son explication révéla la raison.

Thibali jeta un coup d'oeil à Millysande, puis mit pied a terre. Les deux amies, avaient les connaissances qu'il fallait pour cette affaire.

Elle s'approcha du capitaine et observa le poignet déformé sans toucher d'abord. Elle se contenta de quelques questions rapides en attendant que la vicomtesse de Camboulas la rejoigne.


Pouvez vous bouger les doigts ? Les doigts sont ils engourdis ? Et le coude ? l'épaule ? le dos et le cou ?
Pas d'autres blessures ?

Assoyez vous capitaine, je crois que cela serait plus prudent avant que vous ne perdiez pied.


Elle posa la main sur son épaule, en le laissant bouger tout en étant disponible pour lui prêter main forte.

Elle entendit Millysande s'approcher .

Erich, nous aurons besoin de ton aide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine de Brulhiac.

avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 08/11/2018

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Ven 9 Nov - 20:59

Le capitaine tendit les rènes de son cheval au gamin puis avisa le muret de pierres qui bordait le sentier. Prudemment il alla s'assoir dessus.

Je peux bouger les doigts. Je ne pense pas avoir quoi que ce soit d'autre de cassé. Le reste n'est que contusion.

Serrant les dents, il regarda le reste de la troupe s'approcher et l'encadrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
La Mosca

avatar

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 01/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Ven 9 Nov - 21:00

Ben, nous v'là beaux...

Non mais j'l'ai dit, depuis toujours ; ces trois là, ils savent s'entourer que d'une équipe de bras cassés. Ben là voilà, on a la confirmation...

Quoi, moi ? Moi je tente de relever le niveau au milieu de tout ça. Et c'est pas facile, croyez-moi !
M'enfin bon ; on va tenter de se rendre utile, ça serait dommage qu'on soit obligés de rebaptiser leur pitaine "Anto les bras retournés".


Heu... vous avez besoin de serviettes et d'eau bouillante ?

Si si, j'ai vu que ça servait souvent dans ce genre de passage critique.

_________________
Faites la mouche, pas la guêpe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erich
Admin
avatar

Nombre de messages : 678
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Ven 9 Nov - 21:07

"Erich, nous aurons besoin de ton aide."

Ouiiii ! Alors c'est vrai, Erich avait étudié les bases de la médecine, durant ses années studieuses à Heidelberg et surtout Freiburg ; mais bon, il en était resté à la théorie.

Ses petites connaissances seraient-elles de quelque utilité ? Quoiqu'il en soit, il décida de faire entière confiance à la Mandra ; jusqu'à présent, tous les patients qu'elle avait pris en mains n'avaient jamais éprouvé de séquelles : guéris totalement, ou morts et enterrés, pas de demi-mesure.

Il attacha son hongre à un tronc de houx, puis mettant pied à terre :


Oui ? En quoi pourrai-je être utile ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alte-warte.positifforum.com
Millysande

avatar

Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 02/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Ven 9 Nov - 22:37

Ah non non, ca n'allait pas du tout du tout, et ses paroles me le confirmèrent.

Oh ! Et tout ça pour ......

Je grommelais un vague truc sur les hommes et leurs orgueils et échangeais un coup d'oeil de connivence avec Thibali.
Bon, on va arranger çà. Je descendis de ma monture en tendant les rênes a Briel.
Thib avait déjà pris les choses en mains, enfin cela était encore relatif. Le capitaine comprendrait vite ce que signifie l'expression quand nous les prendrions vraiment en main.

Je réprimais une grimace en voyant la position tordue du poignet. Un joli S à vrai dire.
Je me tournais vers Briel puis vers la Mouche.


Briel, occupes toi des montures, Mosca, trouve moi quelque chose qui puisse servir d'attelle et des bandages.
Ah et ainsi qu'une grande couverture pas trop épaisse s'il te plait.


Je souris à Erich puis au blessé avant de m'adresser aux deux hommes.

Erich, Thibali et moi, nous nous occuperons de réduire la fracture, mais tes bras seront utiles. Nous aurons besoin de ta force brute.
Je me fis rassurante en m'adressant au capitaine.

Antoine, réduire cette fracture ne se fera pas sans mal.
Ainsi, Erich, vous entourera de ses bras en se positionnant derrière vous.
Je m'occuperai de votre avant bras et la vicomtesse de cette fracture .


Je me demandais soudainement s'il n'allait pas défaillir et le regardais dans les yeux pour m'assurer de sa réponse et de sa coopération.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le gars Briel

avatar

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 13/10/2018

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Ven 9 Nov - 22:46

Vla autre chose.
Le gamin à peine descendu de son âne, se retrouva avec les rênes de tous les chevaux entre les mains.
Conclusion, il avait les mains pleines.

Il s'éloigna un peu avec les bêtes afin qu'elles ne soient pas une nuisance auprès du blessé et de ses soigneurs.
Mais pas trop loin car il ne voulait surtout rien manquer du spectacle.
Y aurait il du sang ? Le gars hurlerait il à la mort ? Briel était pas trop sûr de lui sur ce coup là.

Il grogna lorsque la comtesse missionna la Mosca.
Toujours les mêmes qui faisaient les trucs bien ! Lui allez hop, occupes toi des chevaux.

En se dandinant d'un pied sur l'autre, il surveillait l'affaire non sans jeter quelques coups d’œil à l'animal coupable de la situation. Il se permit un petit encouragement.


Z'allez voir capitaine, nos comtesses, elles sont les meilleures en tout, voudriez vous un ptit bâton au cas où ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Mosca

avatar

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 01/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Ven 9 Nov - 22:54

Une attelle, des bandages et une couverture ; ben voyons ! Et pourquoi pas un clystère, aussi ? Bien sûr que j'ai tout ça sur moi, vous croyez quoi ?

Le plus simple ça sera la "couverture", on a bien un manteau pour le sale temps, on doit pouvoir y envelopper le bonhomme. Les bandages, ben, ouais, il y a bien quelques chiffons avec le matériel pour panser les chevaux ; faudra faire avec.

Mais des attelles ? Ha ben oui, en pleine forêt, ça manque pas de bois, c'est sûr ! Mais heu, encore faut-il avoir de quoi le débiter...

Parce que oui ; je sais pas si vous vous souvenez ; mais quand on partait pour Saint Santin, il y a quelques mois, je me suis faite houspiller parce que j'emportais des "choses inutiles", il parait ; bah ouais !

Et maintenant ? On fait comment, je vous le demande ? Même pas une scie pliante dans le bardas. Bon, je vais trouver quoi au juste, en regardant alentour ?


Heu, des attelles en bois mort, ça le ferait ? Faudra pas serrer trop fort, l'est un peu pourri.
Ou alors, deux pierres plates ; ça c'est plus facile à trouver. Et le tour est joué !

_________________
Faites la mouche, pas la guêpe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erich
Admin
avatar

Nombre de messages : 678
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Ven 9 Nov - 23:03

"Nous aurons besoin de ta force brute." ; pas à dire, ça fait toujours plaisir de savoir qu'on sert parfois à quelque chose ; et qu'on est reconnu pour ses vraies capacités...

Entourer le gaillard ? Ouais, ça devrait pas être bien compliqué comme affaire.

N'empêche que pour ça, ma force aurait suffit, sans forcément qu'elle ait besoin d'être "brute". Enfin d'accord, on va pas pinailler...

Je regardais Mosca se démener pour rassembler les objets demandés, mais qu'est-ce qu'elle foutait avec des cailloux ? Qu'avait-elle encore compris ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alte-warte.positifforum.com
Millysande

avatar

Nombre de messages : 386
Date d'inscription : 02/06/2016

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Ven 9 Nov - 23:13

Je tiquais en apercevant les pierres plates. Non pas possible ca.

Mosca, que veux tu faire de çà ?
Tente de trouver deux branches ou bouts de bois de même longueur, environ une coudée de longueur.
Qui cassent pas au premier coup de vent. On fait à la bonne franquette. Une fois au Château, nous referons une meilleure attelle.


Non mais j'te jure. Et Briel avec son bout de bois !
Je soupirais.


Un bout de cuir, serait plus approprié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine de Brulhiac.

avatar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 08/11/2018

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Sam 10 Nov - 5:55

Antoine se sentait de plus en plus mal en voyant la Mosca arriver avec ses pierres. En retrait, le gamin et le cercle des chevaux semblaient être au spectacle. L'était quand même magnifique cet étalon! Le cheval noir dépassait les autres de quatre pouces.

Les femmes se rapprochèrent du Capitaine...
Oh, ça! On pouvait dire qu'il ne s'était pas franchement mis à son avantage pour cette première rencontre avec la vicomtesse.

Millysandre, dardait ses yeux dans les siens, tandis qu'elle relevait ses manches.
Au vu des circonstances, il s'agissait vraiment de sauver les apparences et de faire bonne figure. Elle effleura son bras.

Ô seign...

Ses yeux se révulsèrent et il tomba en arrière, juste dans les bras d'Erich qui venait d'emjamber le muret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Thibali

avatar

Nombre de messages : 92
Date d'inscription : 16/10/2007

MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   Sam 10 Nov - 19:24

La mandra attendait tranquillement que tout soit prêt, les bras croisés mais les yeux sur le blessé.
D'instinct elle attrapa le poignet fracturé lorsque l'homme perdit conscience.

Elle en profita pour envelopper de sa main gauche , le poignet déformé tandis que de sa main droite elle enveloppa la partie métacarpienne de la main blessée.

Elle laissa tomber un commentaire du ton de la conversation.


As tu remarquer comme moi , Millysande, que ce sont toujours les plus balèzes et les plus courageux qui perdent conscience lors des soins ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au pays de Camboulas.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au pays de Camboulas.
Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Wikileaks: Les pays Arabes peu tendre envers l'Iran
» Les EUA ne pourra plus soutenir les pays dependants....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Tour des Lys :: Aventures dans l'Histoire :: Le verger du Roi Louis-
Sauter vers: